Mégaphone Tour

Vendredi 30 Novembre 201821:00
Mégaphone Tour

Neuf années déjà que l’association « Le décor de l’envers » a mis en place ce dispositif d’aide à la tournée, qui permet aux 8 jeunes artistes sélectionnés d’accéder à des formations professionnelles et de vivre l’aventure d’une tournée d’une dizaine de dates. Un artiste plus confirmé participe à l’aventure. Pour la tournée sud-ouest, c’est Natalia Doco qui va circuler avec Hôtel Oskar et Sèbe. Partenaire du Mégaphone Tour, Les Bains-Douches contribuent aussi à l’organisation d’une soirée Mégaphone à Bourges pour la communauté Emmaüs du Cher.

 

NATALIA DOCO

Si la chanteuse argentine Natalia Doco a adopté la France depuis 2011, c’est bien dans ses racines amérindiennes qu’elle puise son inspiration. « El buen Gualicho» (Le bon sortilège), titre de son 2ème album, est une magnifique ode à la vie, à la beauté et à la nature. En espagnol et en français, le chant ensoleillé de Natalia porte haut la nostalgie latine. Elle mêle savamment ses propres chansons et de belles reprises, notamment le « Clandestino » de Manu Chao et… « Je me suis fait tout petit » de Georges Brassens.

 

SÈBE

Après avoir arpenté quelque temps les petites scènes sous le nom codé de Mai17, Sébastien Gallet, nouveau venu dans la chanson, chemine désormais, guitare en bandoulière, sous le nom de Sèbe. « Un peu bancal dans l’atmosphère », il traite le quotidien et le banal dans des chansons joueuses (« Vladimir Joradovski »), où son humour oblique fait merveille, même s’il est parfois contraint de « faire semblant d’aimer trop David Bowie ».

 

 

HÔTEL OSKAR

Sorti au printemps dernier, « Mémoires », le premier album de ce duo singulier, est cousu de textes-fragments de vie, tourmentés et envoûtants, portés par la sincérité d’une interprétation troublante. Gilles Craste et Hugo Valentin révèlent avec cet Oskar un personnage cabossé par l’existence, qui a toujours été en quête de ce qui fait le sel de la vie. « Mirage », »Panaméen », « Grand express »… mais aussi « Un homme heureux », de Sheller, les chansons d’Hôtel Oskar portent « l’espoir du grand brasier ».

SPECTACLES À VENIR